Dès le 13 mai: Manuela Macco, The Specific Site
[techniques mixtes]
du 17 janvier 2020 au 7 juin 2020


VERNISSAGE: JEU 16/01 18:00
 L'exposition est prolongée jusqu'au 7 juin.
 
L’artiste italienne développe une réflexion sur le fragment, la répétition, la stratification et le dévoilement. Réalisant des collages, des photographies, des vidéos et des performances, elle intervient en résonance avec le lieu, c’est-à-dire l’expression spécifique du site. Mais elle va plus loin en interrogeant aussi les limites qui, tout autant, séparent et unissent. Ainsi elle met en évidence les frontières entre l’intérieur et l’extérieur, le corps et l’esprit, le social et le privé. S’y manifestent les désirs de déplacer les limites, de les traverser, ou de les transformer. Afin d’expérimenter ces actions sur les frontières, Manuel Macco expérimente ce qu’elle nomme une «mantra-action» qui se fonde sur l’exercice de la répétition et sur la réduction du  contrôle rationnel comme facteurs d’ouverture et de libération.
Manuela Macco vit à Turin. Elle est diplômée en histoire de l’art de l’Université de cette ville. Elle a été artiste en résidence à la Fondation Pistoletto (Biella), à Berlin, récemment en Chine et en Finlande. Elle a conduit des workshops artistiques à l'Université et à l'Académie des Beaux-Arts de Turin. Elle a bénéficié en 2012 d’une résidence d’artiste à la Ferme-Asile et revient en Valais pour présenter la suite de son travail sur le processus de création.
 
Horaires et dates
Me-Sa: 14:00-18:30
Fermé le dimanche
du 17 janvier 2020 au 7 juin 2020

Tarifs
Entrée libre
Renseignements
+41(0)27 203 21 11
info@ferme-asile.ch
Partager :  


Christine Isperian, Quelques oiseaux
[techniques mixtes] [tissus]
du 18 juin 2020 au 7 août 2020


L’artiste lausannoise expose des œuvres réalisées avec des textiles traditionnels, anciens et modernes, provenant de différentes cultures. Sur un mur, un immense oiseau, ailes déployées, évoque les migrations actuelles dans notre monde.

Christine Isperian est diplômée de l’ECAL et a travaillé comme graphiste. Elle se veut le témoin de son époque pour exprimer et interroger les formes d’exclusion sociale, les phénomènes migratoires et la pluralité de nos identités. L’artiste affectionne les textiles pour sa variété ainsi que pour leurs dimensions plastiques, traditionnelles et sociologiques. Ce matériau lui permet de raconter la diversité des cultures et de célébrer leur cohabitation. Ainsi, si de manière pratique, elle coud ensemble, raccommode et assemble des tissus, son geste est aussi symbolique : il décloisonne, inclut, relie, expérimente le monde global dans lequel nous vivons.

Christine Isperian vit à Lausanne, http://christineisperian.ch

Tarifs
Entrée libre
Renseignements
+41(0)27 203 21 11
info@ferme-asile.ch
Partager :  


Valentin Merle, Humble Gestures
[techniques mixtes]
du 17 septembre 2020 au 13 novembre 2020



 
Récupération, seconde main, fabrication de couleurs à partir de végétaux, de minéraux ou de vieilles cartouches d’encre constituent les gestes pratiqués par Valentin Merle, au bénéfice de l’Atelier Tremplin soutenu par la Fondation Bea pour jeunes artistes. Son action questionne la place qu’une pratique artistique occupe au sein d’un environnement vivant en constant mouvement, et aujourd’hui en déséquilibre.
 
Le jeune artiste vivant à Sierre développe une recherche sur la place qu’occupe l’œuvre d’art dans l’économie actuelle et sur les moyens déployés pour répondre à la demande du marché et du public. Découlent des questions fondamentales, oubliées pour certaines durant les périodes de boom économique qu’il formule ainsi « comment produire des œuvres de la manière la plus indépendante et la moins impactante possible ? ». Aussi Valentin Merle s’intéresse-t-il au « faire » et aux différents « savoir-faire » qui jalonnent l’histoire de l’art. Il revisite des techniques oubliées ou occultées, des techniques plus modestes qui s’appuient sur des gestes humbles pour faire œuvre. Il explique : « Loin de toute intention moralisatrice ou technophobe, cette exploration se présente simplement comme une tentative de tirer le maximum de moyens limités et accessibles ». Dans sa réflexion, l’œuvre d’art occupe alors une place différente de celle qui lui est traditionnellement attribuée comme étant le résultat définitif – voué à la postérité et à l’éternité – d’un acte artistique. Pour Valentin Merle, l’œuvre d’art « n’est qu’un instant particulier dans un mouvement naturel constant ». Artiste engagé, sa pratique questionne l’utilité et la nécessité de l’acte créatif qui relie l’humain à son environnement.
 
Valentin Merle a étudié à l’Ecole de Recherche graphique de Bruxelles puis à l’édhéa de Sierre (Bachelor en juin 2019). Il a bénéficié d’une résidence à la Fondation La Becque à la Tour-de-Peilz et au FAC de Saint-Ursanne. Il occupe l’Atelier Tremplin de la Ferme-Asile jusqu’en septembre 2020.

Horaires et dates
18:00
du 17 septembre 2020 au 13 novembre 2020

Tarifs
Entrée libre
Renseignements
+41(0)27 203 21 11
info@ferme-asile.ch
Partager :  


Veuillez remplir les champs