Vincent Fournier



L'expérience artistique est une aventure à renouveler chaque jour. Si l'artiste persévère dans sa quête, il comprend, après un long et patient apprentissage, ce qu'il doit entreprendre.
L'inspiration l'accompagne dans le travail. Elle provient, en ce qui me concerne, de la vie intérieure et de la prière.

Mes travaux, qu'ils soient figuratifs, symboliques ou abstraits puisent leur source dans la vie avec le Christ. Ils ont à mes yeux même valeur et même importance. Ainsi un petit dessin très pauvre à la mine de plomb vient du coeur et va vers les coeurs autant qu'un sous-verre, qu'une icône, qu'un monument ou une installation.

Je m'applique à une forme d'activité artistique pendant plusieurs semaines durant lesquelles je ne m'adonne qu'à un seul type de representation, par exemple celle des saints. Souvent, après avoir cotoyer nos amis les saints, vient le besoin de réaliser des peintures ou des dessins beaucoup plus silencieux: les travaux abstraits. Ils proviennent sans doute de la pratique de l'oraison.
L'inspiration dicte le rythme de ces périodes. On ne peut les déterminer par avance.

Tous ces différents travaux demandent le même soin et la même attention. Ils rejoignent, une fois terminés, l'intention profonde et mystérieuse qui les a conduits, c'est à dire l'inspiration.
L'artiste vit alors une joie intense: il se reconnaît complètement dans l'oeuvre.
Il arrive parfois, très rarement, qu'une oeuvre imprévue jaillisse spontanément. Elle est jalon indiquant la route à poursuivre. Le plus souvent elle apparaît dans un temps de découragement, car l'artiste connaît régulièrement la solitude et le doute, ses autres compagnes avec l'inspiration.

Une oeuvre terminée renferme toujours une surprise. L'artiste contribue de toutes ses forces et de tout son savoir à l'oeuvre à réaliser, mais il sait par avance que chacune d'elles échappe à ses prévisions. Il y reconnaît un dépassement de soi, un émerveillement.

La difficulté majeure que rencontre l'artiste, c'est lui-même. Bien souvent la personnalité de celui-ci s'interpose entre l'inspiration et l'oeuvre à accomplir.
Ne pas savoir attendre est également un obstacle. En ceci l'artiste qui trop s'active ressemble à Marthe, la soeur de Marie dans l'évangile de st Luc au chapitre10.
Savoir attendre est l'ascèse où conduit le véritable art. Garder son énergie et tenter de voir clairement ce que dicte l'inspiration est le grand travail de l'artiste.

Vincent Fournier


Compléments:

Lien internet

Renseignements:

E-mail

Veuillez remplir les champs