Jean-Michel Potiron, I need art
[performance théâtrale]
le 5 décembre 2019

Lieu: Grange

Souvent, l'art contemporain, quand il n'inspire tout simplement pas de l'indifférence, suscite des rejets, des incompréhensions, pour ne pas dire certaines haines. Ces réactions mettent en évidence un choc des cultures, un combat entre représentations et conceptions de l’existence, une lutte entre différentes compartimentations sociales, entre différentes catégories de langage et de visions du monde. D'un côté, il y a ceux qui se sentent à l'aise, inclus, dedans, qui sont familiers ; de l'autre, il y a ceux qui se sentent exclus, extérieurs, rejetés.
 
Sans rien n'occulter de cette confrontation, la pièce I need art traitera de la querelle de l’art contemporain, autrement dit du fossé qui existe entre ces différentes conceptions et appréhensions de l'art (classique, moderne et contemporain) et de la controverse qui s'est instaurée entre les néo-anciens (les classiques et les modernes) et les néo-modernes (les tenants de l'art contemporain et les postmodernes). La pièce, conçue comme une épopée, modulable ou divisée en feuilletons, s'inspirant notamment des œuvres de Paul McCarthy, Marina Abramović, Tracey Emin, Santiago Sierra, Pierre Joseph, Rirkrit Tiravanija, etc. prend comme point de départ le déclin de la peinture et des techniques traditionnelles pour aboutir aux formes les plus avancées de l'art contemporain.
En résidence d’écriture durant dix jours à la Ferme-Asile, l’auteur, acteur et metteur en scène Jean-Michel Potiron intégrera des éléments propres à la situation suisse et valaisanne dans un des épisodes de I need art.
Cette pièce théâtrale fait partie du programme culturel conduit en 2019 par l’ACV-ZKV (Art Contemporain Valais).


Eléments biographiques
Jean-Michel Potiron est né en 1964 à Rouen. Directeur d’une compagnie théâtrale indépendante (Théâtre à tout prix de Besançon), metteur en scène, enseignant, dramaturge, comédien, il ‘interroge l’enjeu de l’art et les sens de l’engagement. Il a notamment mis en scène: Le monte-plats de Harold Pinter (1991), Kiki l’indien de Joël Jouanneau (1993-1994), Andromaque de Jean Racine (1995), Hercule Furieux de Sénèque (1999).
Au début des années 2000, il s’oriente vers des projets plus participatifs et délocalisés.  En 2004, il organise Les Orphéades à Besançon, un marathon de lectures publiques sur l’Art par treize artistes. Du 1er au 31 décembre 2004, en plein air et en plein hiver, au bois d’Avanne-Aveney, dans les environs de Besançon, il initie son projet: Protesto ! ou Solo Inutile (?) Pour une Culture qui Cultive!, qu’il joue ensuite partout où cela est possible (plus de 140 représentations à ce jour). Il a aussi monté un projet participatif et évolutif sur plus d’une année (2012) à l’Université de Lausanne sur la question: Qu’est-ce que la guerre?

  

Photo: Lin Delpierre

Horaires et dates
20:15 à
21:30 env.
Tout public
le 5 décembre 2019

Tarifs
Chapeau à la sortie
Renseignements
+41(0)27 203 21 11
info@ferme-asile.ch
Partager :  

Veuillez remplir les champs